Oraltitude évolue

Retrouvez nous désormais

Base de données

L’essence de la voix ou l ’extension des choses infinies

La fragrance vocale

Dans son célèbre livre, Süskind raconte la recherche de la composition d’un parfum ultime qui aurait un pouvoir absolu de séduction sur celui qui le respire. Existe-t-il, toutes proportions gardées, l’équivalent d’un tel pouvoir dans le son et en particulier dans celui de la voix humaine ? Il suffit d’avoir assisté à un concert déclenchant l’hystérie de la foule avec évanouissement de femmes à la clé (anecdotes qui, même si elles relèvent plus de phantasme que de la réalité restent signifiantes) ou, sur un mode plus retenu, à l’effet que peut avoir sur le public un grand air d’opéra sublimement chanté pour savoir que la réponse est oui. Il s’agit là du chant mais le même charme existe-t-il également pour la voix parlée ? La réponse est cette fois connue depuis peu grâce aux découvertes évoquées plus haut. Elle est positive et ouvre, comme on va le voir, un vaste champ d’applications touchant des domaines que l’on pouvait difficilement anticiper. Pour commencer existe-t-il une hiérarchie dans les sons ? La réponse est oui là aussi, bien entendu, sinon tous les concerts d’une même œuvre et tous les interprètes se vaudraient et il suffirait d’en enregistrer une version une (bonne ?) fois pour toutes. Mais cette hiérarchie existe-t-elle au niveau de l’émission vocale d’un individu ? Ou, pour le dire autrement existe-t-il dans la voix humaine une possibilité d’émission qui soit plus performante que toutes les autres ? Et si oui, est-t-il possible alors pour n’importe quelle personne, de se hisser au sommet de cette hiérarchie vocale et, dans l’affirmative, par quel moyen peut-on y parvenir ? Enfin, quelles sont alors sur l’orateur et sur l’auditoire les conséquences de cette sublimation du timbre vocal ?

Ou, pour être plus précis, quels impacts produirait alors, tant sur les plans clinique (longévité vocale), pédagogique (capacité à provoquer l’écoute bienveillante et attentive de n’importe quel auditoire) et artistique (puissance esthétique et émotionnelle des sons émis et stimulation déterminante de la créativité et de la mémoire dans les disciplines liées à la voix et à l’oreille), l’acquisition de ce qu’on pourrait appeler (faute de mieux) cette sorte de « signal maître » ? Et donc, in fine, quels effets cette maîtrise vocale est-elle susceptible de générer sur soi même et dans la relation aux autres ? Les réponses à ces multiples questions, apportées par les découvertes évoquées ci-dessus et qui vont être exposées un peu plus loin, sont, comme on va le voir, au-delà de tout ce qu’on pouvait anticiper.

Les effets obtenus par la technique mise au point, purent en fait, être regroupés en deux catégories. La première concerne, comme nous l’avons dit, la relation qui s’établit entre un orateur et son public, la seconde a trait à la sphère psychique propre à chaque individu, au désir d’aventure artistique qui sommeille secrètement au cœur de chacun de nous, et au moyen de la réaliser concrètement.

La première catégorie d’effets obtenus a donc trait au charisme vocal. La qualité de timbre de voix obtenue grâce à la technique mise au point impacte en effet profondément la tonalité du rapport qui s’établit entre celui qui parle et celui (ou ceux) qui l’écoute(nt). Pour être très concret l’orateur qui parle avec une émission vocale du type de celle que les découvertes évoquées ci-dessus permettent d’acquérir voit sa puissance de séduction et son autorité démultipliée de manière notable en même temps qu’est validée sa légitimité en tant que Sujet supposé Savoir (pour reprendre une formule de Lacan). Il a été démontré en effet que dans ce domaine, la technique d’enrichissement du grain de la voix dont il est question a la capacité de donner, en peu de séances et à chacun, le pouvoir de parler sur un timbre agréable (aspect esthétique) en trouvant spontanément les modulations faisant sonner juste le texte du discours tenu (aspect artistique), sans fatigue vocale (aspect clinique), associé au développement notable de l’autorité et de la séduction du propos (aspect psychologique), à la restauration auprès des enfants d’un intérêt pour le projet éducatif proposé par l’adulte (aspect pédagogique) et à la création d’une écoute confiante et attentive dans tout jeune public (aspect symbolique). Tous les enseignants qui purent en bénéficier attestèrent d’une restauration frappante de leur autorité auprès des élèves et d’un retour de crédit de légitimité, associés à une capacité nouvelle de ces professeurs à désamorcer les situations conflictuelles (et à provoquer par conséquent une diminution des surenchères de comportement dans les moments de tension avec la classe). Ceci grâce, comme il a été déjà dit plus haut, à l'apparition, au cœur de l'émission vocale du sujet parlant sur ce mode d’émission, d'une dimension relevant du symbolique.

La seconde concerne, comme il a été dit, la sphère artistique propre de chaque individu. La technique d’enrichissement de la fourniture harmonique de la palette vocale, réalisée à partir des découvertes que nous avons évoquées, donne en effet, à quiconque s’y prête et en quelques séances, la possibilité d’entendre dans son émission vocale, le futur prometteur de ses capacités artistiques oratoires (théâtre et chant) et instrumentales (développement parallèle de l’écoute musicale fine des sons). Ceci tant sur le plan de l’esthétique du timbre que sur celui de la créativité de l’interprétation ou de la composition musicale. Ce deuxième processus colore donc le triptyque de l’art musical : l’instrument (développement de la qualité du timbre de la voix), l’artiste (qui voit parallèlement se développer son oreille harmonique et donc sa qualité d’interprétation), l’écriture de la partition enfin (que ce soit celle qu’un comédien écrit sous le texte qu’il dit et qui se doit être en cohérence avec la psychologie du personnage auquel il doit donner vie, ou celle proprement musicale du compositeur). Le tout à une altitude suffisamment élevée - d’où bien entendu le nom du projet source (Projet Oraltitude) -, pour permettre à chacun de se ressentir comme vecteur de la dimension transcendante de l’art et donc de pouvoir s’envisager comme futur acteur possible de cette transmission. Les études menées notamment par analyse comparée entre le fonctionnement de la voix humaine et celui des instruments de musique permirent en effet d'élaborer empiriquement une signature acoustique vocale déclenchant chez celui qui l’écoute la mise en route des programmes neuromusculaires en sommeil commandant à la production des sons évoqués ci-dessus .

Pour en comprendre les raisons il suffit de…

Roger Fabien Amoretti

Fabien Amoretti

Professeur de mathématique et artiste lyrique
Ancien responsable des ateliers voix à l'I.U.F.M. de Paris
Ancien chargé de mission sur la voix au Ministère de la Recherche
Lire son CV

Sals'opera et autres

CD SAls opera

Emission chez Y. Calvi

Projet pour l'Ecole

Extraits de son livre

Devenir partenaire

Rapport au ministre